Il est grand temps de soigner nos pensées...

Publié le par Nathy LaBell

Il est grand temps de soigner nos pensées...

Il est également grand temps de nous réconcilier avec l'être merveilleux que nous sommes afin de cheminer le pas léger.

En effet, nous traînons bien trop souvent nos fardeaux tel un boulet... Allons, allons... Faisons la paix avec nous m'Aime et allégeons-nous un peu.

Identifions ce qui ne va pas. Réparons ce qui a besoin d'être réparé mais consolons-nous, ne nous faisons plus de mal. Agissons en faveur de notre bien-être.

Bien de gens croient que nos ennemis sont extérieurs alors qu'ils sont tranquillement en nous.

Pense bien à ceci : combien de fois as-tu eu une parole déplacée à ton égard, ex. quand tu oublis quelque chose, ne t'es-tu jamais dit "oh, quel c." , "oh, je suis bête" etc.

Ces paroles, très vite lancées, et souvent répétées, sont bien plus pernicieuses qu'on ne le pense. Des pensées néfastes sont tout aussi destructrice que la maladie, par exemple.

Quand on est conscient d'une chose, ce n'est qu'après que l'on peut rectifier le tir et agir pour le mieux.

Prenons bien soin de nous. Veillons sur notre monologue intérieur car il peut nous élever ou nous plonger plus bas que terre.

Si nous ne faisons pas attention à nous, nul ne pourra le faire à notre place... Alors, ne nous laissons jamais tomber.

Il est grand temps de soigner nos pensées et de prononcer de bons mots, des mots parfumés, cette-fois. Nous nous sentirons bien mieux.

De par la pensée, la parole, les émotions, et l'action, nous créons. Autant créer notre paradis sur Terre au lieu de créer tristement notre enfer...

À chaque jour suffit sa peine.

Aujourd'hui est un jour heureux : TOUT reste possible. On peut se renouveler à tout instant.

Avec courage et détermination,

Votre amie...

Nathy LaBell,

Il est grand temps de soigner nos pensées...Il est grand temps de soigner nos pensées...Il est grand temps de soigner nos pensées...

Publié dans Nathy LaBell

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article